P
r
e
n
d
r
e
s
o
i
n
d
u
v
i
v
a
n
t
 
:
l
e
t
r
a
i
t
e
m
e
n
t
d
e
n
o
s
e
a
u
x
u
s
é
e
s
p
a
r
p
h
y
t
o
é
p
u
r
a
t
i
o
n

Si notre engagement environnemental est déjà perceptible dans nos produits, et nos actions en faveur du territoire, il se traduit également par des actions concrètes dans notre entreprise. Aujourd’hui, nous vous proposons de vous parler d’un sujet rarement évoqué : le système de traitement des eaux usées. Pas très ragoûtant ? Attendez la suite !

Ce que l’on appelle « eaux usées » ou « eaux résiduaires » correspond à toutes les eaux polluées par l’activité humaine. Dans notre entreprise, il s’agit principalement des eaux issues du nettoyage des sols et des équipements de la boulangerie. Si différents systèmes d’épuration existent, nous avons fait le choix de favoriser un système naturel et écologique : la phytoépuration, un procédé naturel de filtration ou de dépollution des eaux usées par les plantes.

Comment fonctionne un système de phytoépuration ? 

La phytoépuration est faite de filtres plantés qui reproduisent un écosystème épuratoire naturel. Pour dépolluer des eaux usées la phytoépuration s’appuie sur l’action des plantes aquatiques dites aussi macrophytes. Ces dernières, roseaux massettes, laîche, saule ou encore iris des marais, absorbent les phosphates et les nitrates contenus dans les eaux. 
Les bactéries aérobies (celles qui ont besoin d’oxygène mais ne dégagent pas de mauvaises odeurs) présentes dans le système racinaire des plantes prennent ensuite le relais en « mangeant » les matières organiques. Elles les transforment alors en matière minérale assimilable par les plantes. En retour, les plantes macrophytes fournissent de l’oxygène aux bactéries par leurs racines. La boucle est bouclée. 

Les avantages écologiques de la phyto-épuration 

Il existe différentes formes de systèmes de phytoépuration, mais toutes présentes des avantages écologiques indéniables. Ce système d’assainissement réduit la pollution des eaux de surface, ainsi que celle des nappes phréatiques. De plus, elle ne nécessite aucune énergie. 
Cette solution permet également de réintroduire le cycle naturel de l’eau dans notre consommation. En effet, l’eau utilisée, une fois filtrée retourne à la terre et à l’alimentation végétale. La création d’une zone humide hébergeant un panaché de plantes permet aussi le développement de la biodiversité. Enfin, ce système ne génère pas de boues à éliminer en station d’épuration. Les boues sont compostées sur place. Seul un nettoyage du système est nécessaire... tous les dix ans. 

Canevet novateur dans le traitement des eaux pour les entreprises 

Créée en 2009, notre station de phytoépuration, plantée de roseaux et de saules, était atypique lors de sa création. Validée par les autorités sanitaires, elle a suscité l’intérêt de plusieurs collectivités environnantes. Ce système d’assainissement est reconnu comme une solution alternative aux stations classiques, dont l’élimination des boues est très coûteuse pour les collectivités. Aujourd’hui les stations de phytoépuration tendent à se développer tant auprès des collectivités que des entreprises ou des particuliers. 

Limiter notre impact environnemental en amont 

Si notre système de traitement des eaux usées est tout aussi efficace qu’écologique, notre objectif premier est bien de limiter au maximum l’impact de notre activité sur l’environnement. Aussi, avant de chercher à traiter les eaux, nous veillons à limiter leur pollution. Ainsi, tous les produits de lavage que nous utilisons dans notre boulangerie sont majoritairement certifiés Ecolabel. Les eaux qui arrivent dans notre station de phytoépuration sont ainsi plus faciles à traiter. S’il est coutume de dire : « mieux vaut prévenir que guérir », chez Canevet, nous avons choisi de faire les deux : prévenir la pollution des eaux lors de leur utilisation et veiller à leur traitement par la suite.